Chars russes T-90 à la parade, le 27 avril 2010. | Vitaliy Ragulin

Les importations d’armement de l’Inde sont désormais près de 3 fois plus élevées que celles des deuxième et troisième importateurs – la Chine et le Pakistan – d’après les nouvelles données sur les transferts internationaux d’armement publiées lundi 17 mars par le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).

Au total, le volume des transferts internationaux de systèmes d’armes classiques majeurs a crû de 14 % entre 2004-08 et 2009-13.

Le volume des importations indiennes de systèmes d’armes a augmenté de 111 % entre 2004-08 et 2009-13 et la part de l’Inde dans le volume des importations internationales d’armement s’est accrue, de 7 à 14 %. Dans le même temps, les importations de systèmes d’armes par le Pakistan ont augmenté de 119 %.

Les principaux fournisseurs d’armement à l’Inde en 2009-13 ont été la Russie (représentant 75 % de ses importations) et les Etats-Unis (7 %), qui deviennent pour la première fois le deuxième fournisseur de l’Inde.

La Chine a aussi été un fournisseur important dans la région, représentant 54 % des importations d’armement pakistanaises et 82% des importations du Bangladesh. Plus globalement, la Chine s’est fermement établie comme exportateur de système d’armes de la même catégorie que l’Allemagne et la France, et a réussi à convaincre la Turquie, membre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), de sélectionner des systèmes de défense aérienne chinois.

MOTIFS ECONOMIQUES ET POLITIQUES

« Les transferts d’armement chinois, russes et américains vers l’Asie du sud sont poussés par des considérations à la fois économiques et politiques », déclare Siemon Wezeman, chercheur du programme sur les transferts d’armes du SIPRI. « En particulier, la Chine et les Etats-Unis semblent utiliser les livraisons d’armement vers l’Asie pour renforcer leur influence dans la région. »

Les cinq plus importants exportateurs de systèmes d’armes pendant la période 2009-13 ont été les Etats-Unis (29 % des exportations globales d’armement), la Russie (27 %), l’Allemagne (7 %), la Chine (6 %) et la France (5 %). Ce top 5 des exportateurs a représenté 74 % du volume total des exportations d’armement dans le monde. Les Etats-Unis et la Russie ont totalisé ensemble 56 % du volume des exportations d’armement.

La France est le cinquième plus grand exportateur en 2009-13, dépassée par la Chine, avec des exportations de 30 % inférieures à celles de 2004-2008. Elle a exporté des armements vers 69 pays en 2009-13: 42 % de ses exportations étaient destinées aux États de l’Asie et de l’Océanie, 19 % à d’autres États de l’Europe, 15 % pour l’Afrique, 12 % au Moyen-Orient et 11 % pour les Amériques. En 2009-13, la Chine a reçu 13 % des livraisons françaises. Il s’agissait principalement de la production sous licence d’hélicoptères français en Chine, notamment la version Z-9 de l’AS-565. L’Inde devrait devenir un important récipiendaire des armes françaises à la suite de la commandes en cours pour 49 avions de combat Mirage 2000-5 et 6 sous-marins Scorpène, et surtout d’une commande prévue mais pas encore effective de 126 avions de combat de 4e génération Rafale.

« La Russie a maintenu de hauts niveaux d’exportations d’armement malgré la crise de son industrie d’armement dans la période post-guerre froide », déclare Siemon Wezeman. « En 2009-13, la Russie a livré des systèmes d’armes à 52 Etats. L’exportation la plus importante de la Russie en 2013 a été un porte-avion à l’Inde ».

DEPENSES D’ARMEMENT : L’INQUIETANT RECUL DE L’EUROPE

Les importations d’armement des Etats arabes du Golfe ont augmenté de 23 % entre 2004-08 et 2009-13, représentant 52 % des importations de l’ensemble du Moyen-Orient dans la seconde période. L’Arabie Saoudite s’est élevée au 5e rang des importateurs de systèmes d’armes dans le monde en 2009-13, alors qu’elle se situait au 18e rang en 2004-08.

Plusieurs Etats du Golfe ont fortement investi dans des systèmes avancés de frappe à longue portée et de défense aérienne et antimissile. Ceci inclut d’importantes commandes et livraisons d’avions de combat, équipés de munitions à guidage de précision, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

En Amérique latine, le Brésil augmente ses importations d’armement. En 2009-13, le Brésil a commandé 4 sous-marins à la France, 2044 véhicules blindés à l’Italie, et a décidé d’acheter 36 avions de combat à la Suède.

En Afrique noire, le Soudan et l’Ouganda – tous deux impliqués dans un certain nombre de conflits – ont totalisé respectivement 17 et 16 % des importations en Afrique sub-saharienne.

Au total, selon le SIPRI, les flux d’armements ont fortement augmenté entre 2008 et 2013 en direction de l’Afrique, l’Amérique, l’Asie et l’Océanie.

Dans ce contexte de hausse des dépenses d’armement, les importations d’armement en Europe ont baissé de 25 % entre 2004-08 et 2009-13. Une évolution inquiétante car elle traduit la baisse des dépenses d’armement dans la majorité des pays européens de l’Ouest, alors que le conflit en Ukraine montre que la Russie reste menaçante, et que l’instabilité de plusieurs zones, dont l’Afrique, nécessite d’avoir des capacités militaires performantes (moyens de transport et drones notamment).

Lire le document « Trends in international arms transfers, 2013 » sur le site du SIPRI.