2014 est-elle un tournant pour les dépenses militaires après des années de recul ? Les dépenses militaires de la planète vont repartir à la hausse en 2014, pour la première fois depuis cinq ans, selon l’étude annuelle IHS Jane’s Annual Defence Budgets Review publiée mardi 4 février par le groupe IHS.

Cette société de conseil prévoit des budgets militaires dans le monde en faible progression en termes réels de 0,6 % en 2014, la première depuis 2009, pour un total prévu de 1 547 milliards de dollars (1 144 milliards d’euros). « Avec des budgets militaires dans la plupart des grands pays de l’OTAN qui continueront à se contracter au cours des 12 prochains mois, (l’IHS) prévoit que le centre de gravité des dépenses de défense dans le monde continuera à se déplacer au Sud et à l’Est en 2014, suivant la tendance de la croissance économique mondiale. La Russie, l’Asie et le Moyen-Orient fourniront l’impulsion à la croissance des dépenses militaires mondiales attendue cette année et entraîneront la reprise prévue à partir de 2016 », souligne Paul Burton, directeur de IHS Janes’s pour l’aéronautique, la défense et la sécurité.

DÉPENSES EN HAUSSE RAPIDE AU MOYEN-ORIENT

Fenella McGerty, analyste principale pour le secteur aéronautique, la défense et la sécurité à l’IHS, déclare : « Nous avons vu une accélération rapide des dépenses de défense au Moyen-Orient depuis 2011. Quatre des cinq principaux marchés de la défense en plus forte croissance en 2013 ont été ceux de pays du Moyen-Orient. Si nous regardons le classement des 10 marchés à plus forte croissance, six des dix premiers étaient au Moyen-Orient. Oman et l’Arabie saoudite, en particulier, ont connu une croissance rapide de plus de 30 % entre 2011 et 2013. Depuis 2011, le budget de la défense d’Oman a augmenté de 115 %, passant de 4,7 milliards de dollars à 9,2 milliards en termes nominaux. » L’Arabie saoudite, en neuvième position mondiale en 2013 avec 42,86 milliards de dollars, doit dépasser l’Allemagne cette année pour se hisser à la huitième place mondiale en 2014.

L’IHS souligne que la région Asie-Pacifique est la seule à croître de façon régulière depuis 2009. D’ici à la fin de la décennie l’Asie-Pacifique représentera 28 % des dépenses mondiales de défense, à 474 milliards de dollars, contre 24 % actuellement. La Chine mène la cadence. Le budget militaire chinois était de 139 milliards de dollars en 2013, d’après IHS, le deuxième en importance derrière celui des Etats-Unis. D’après les projections de l’IHS, en 2015 la Chine dépensera plus pour sa défense que le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne combinés, soit 159,6 milliards de dollars contre 149 milliards pour les trois plus importants Etats européens pour les dépenses militaires.

Selon un autre rapport de l’IISS (Institut international d’études stratégiques de Londres), publié mercredi, et analysé par Le Figaro, « la Chine pourrait égaler les États-Unis d’ici à la fin des années 2030 en termes de budget et en 2050 au plan opérationnel, selon les experts de l’institut basé à Londres. »

L’ASIE DÉPASSERA L’EUROPE EN 2015

La région Asie-Pacifique sans la Chine dépassera l’Europe occidentale en 2015, avec des augmentations notables attendues en Australie, en Inde, et en Corée du sud, prévoit l’étude. Le Japon dirigé depuis décembre 2012 par le Premier ministre conservateur Shinzo Abe, inverse aussi la vapeur par rapport aux gouvernements précédents. « L’administration Abe a augmenté les dépenses de défense de base en 2013 et a demandé des fonds supplémentaires pour le budget 2014 », souligne l’IHS. Mais avec 56,8 milliards de dollars dépensés pour la défense en 2013, l’Archipel nippon est encore bien loin du budget chinois.

Plus proche déjà, en Europe orientale, la Russie veut augmenter ses dépenses militaires de 44 % sur les trois prochaines années. Le plan adopté par la Douma (parlement) a déjà doté la Russie du troisième plus gros budget de défense en 2013, avec 68 milliards de dollars, devant le Royaume-Uni et le Japon.

La baisse des dépenses militaires des Etats-Unis devrait s’accélérer, de 664 milliards de dollars en 2012, elles sont passées à 582 milliards en 2013 et sont prévues à 575 milliards en 2014 et 535 milliards en 2015. La première économie mondiale restera donc encore largement en tête du classement en termes de dépenses mais aussi en termes de capacités opérationnelles. « Les États-Unis restent la puissance mondiale prédominante et la seule en mesure de se déployer de manière conséquente sur plusieurs fronts. Si la Chine disposera sans doute de trois porte-avions d’ici à dix ans, les États-Unis en ont déjà 11, à propulsion nucléaire. Mais la Chine a un programme de développement qui prévoit de rivaliser avec la puissance américaine d’ici à 2050 », souligne Christian Le Mière, spécialiste en force navale et sécurité maritime à l’institut, rapporte Le Figaro.

OPPORTUNITÉS EN AFRIQUE NOIRE

Région encore mineure dans les classements mondiaux, l’Afrique noire est prometteuse. Fenella McGerty explique que les budgets de « l’Afrique subsaharienne ont augmenté de 18 % en 2013 et offrent des possibilités à long terme pour les entreprises de défense. On notera en particulier en 2013 a été l’importante croissance de 39 % des dépenses de défense angolaise, la plus forte croissance à l’échelle mondiale… »

Enfin, si l’on s’intéresse à l’Hexagone, la France maintient sa sixième position dans le classement réalisé par IHS. Mais ses dépenses militaires vont décroître de 53 milliards de dollars en 2013 à 52,6 milliards en 2014 et 52 milliards en 2015. Une tendance inquiétante au regard des ambitions internationales de la France et de son engagement dans les opérations extérieures, en particulier en Afrique.