Le char  de bataille principal russe Armata.
Le char de bataille principal russe Armata.

Selon le site spécialisé défense Jane’s, le commandant des forces terrestres russes, le général Oleg Salyukov vient d’annoncer la livraison de 32 Armata, la dernière génération de char de combat principal de fabrication russe (MBT), pour les forces armées russes, en 2015. Le nouveau char devrait être dévoilé pour la première fois au public lors de la parade de la Journée de la Victoire en 2015 à Moscou, selon Oleg Salyukov.

En novembre 2013, Uralvagonzavod – fabricant notamment du char lourd T-90 -, le développeur du nouveau Armata avait annoncé que le développement d’une nouvelle génération de char de combat principal de la Russie serait achevé en 2015, et que la production de masse était prévue pour commencer en 2016. Un premier prototype a été présenté au premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et à un groupe d’officiels de haut rang en septembre 2013.

Un blindé modulaire

« Armata » est le pluriel du mot hellénique « arma » (άρμα), ce qui signifie arme et était un vieux mot russe pour les premiers canons. Le pluriel s’explique par la modularité de cette arme blindée. « L’Armata est une famille de blindés partageant une même plateforme modulaire à chenilles qui serait dérivée en un grand nombre de versions afin de rééquiper les forces blindées / mécanisées russes », selon le site Red Stars, un portail non officiel sur les forces armées et les armements russes. « L’Armata remplacerait ainsi les  chars « T », les véhicules de combat d’infanterie « BMP », les automoteurs d’artillerie lourde ainsi que les engins du génie. Une telle plateforme modulaire permet
notamment de réduire les coûts et de simplifier la logistique. », souligne ce site créé en 2001.

Architecture innovante

« Son architecture serait innovante pour un char de série avec une cellule de survie blindée (en sandwich avec des composites) entièrement intégrée dans le chassis pour renforcer la survivabilité de l’équipage de 3 hommes. Cette cellule serait totalement isolée du compartiment moteur, des réservoirs de carburant et des munitions pour éviter tout « critical kill » lors d’un coup au but sur le char. La discrétion multispectrale de l’Armata (visuelle, IR et radar) serait optimisée par ses formes géométriques et sa peinture. Son calibre reste inconnu. Le 125 mm standard russe permettrait de tirer la gamme de munitions existante mais d’autres options ont aussi été étudiées pour augmenter la puissance de feu comme le 152 mm… », insiste Red Stars.

Technologie de pointe

Le char aura une tourelle entièrement automatisée, contrôlée à distance. « Ce qui serait également une première pour un char de combat lourd de série ! », selon Red Stars. Il sera commandé numériquement par un membre de l’équipage se trouvant dans un compartiment séparé. Certains experts pensent q’il pourrait conduire finalement au développement d’un char entièrement robotisé ! Par ailleurs, les véhicules de la plate-forme Armata seront équipés de radar et d’autres technologies disponibles sur l’avion de chasse de cinquième génération Sukhoï T-50. Ils comprennent un radar en bande Ka (26,5 à 40 GHz) sur la base d’un radar AESA… Ce sera donc un concentré de technologies russes.

Le ministère de la défense russe a déclaré que l’armée russe acquerra 2 300 chars Armata d’ici à 2020, ce qui permettra de moderniser quelque 70 % du parc de chars russes. Pour quel usage ? Les développements récents en Ukraine et plus lointain dans le Caucase (guerre en Géorgie en 2008, notamment) ne sont pas rassurants à cet égard. Les pays de l’UE feraient bien de réfléchir à deux fois avant de trop réduire leur parc de chars, certains, comme les Pays-Bas, ayant tout simplement abandonné ce type d’armes !

Edouard Pflimlin

 

Pour en savoir plus :

Données techniques

Quelques éléments du débat autour des performances de l’Armata