MV-22B Osprey américains, sur la base de Darwin, Australie, le 28 août 2013 | Sarah Fiocco/Ministère de la Défense américain.

Les Etats-Unis vont porter début avril à 1 150 hommes, contre 250 actuellement, le nombre de militaires du corps d’élite des Marines stationnés à Darwin, dans le nord de l’Australie, a annoncé lundi 24 mars 2014 le corps des Marines. Ce renforcement s’inscrit dans un projet de montée en puissance qui doit aboutir à 2 500 Marines stationnés en Australie d’ici à 2016-2017, dans le cadre de la stratégie américaine dite du « pivot » (ou du rééquilibrage) vers l’Asie-Pacifique. Ce changement stratégique a été annoncé en octobre 2011 par la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton (1). La stratégie de « pivot », selon Mme Clinton, doit suivre six lignes d’action : le renforcement des alliances bilatérales de sécurité; l’approfondissement des relations de l’Amérique avec les puissances émergentes, dont la Chine, l’engagement avec les institutions multilatérales régionales; l’expansion du commerce et de l’investissement; enfin forger une présence militaire à grande échelle, et faire progresser la démocratie et les droits de l’homme.

Cette mutation stratégique « vise à combiner une présence américaine active en Asie avec une série d’initiatives diplomatiques destinées à encourager Beijing à user de son influence grandissante avec des réponses politiques et économiques aux défis actuels plutôt que d’user de la coercition », souligne Yves Boyer (2) de la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS).

« D’un point de vue militaire, cela signifie qu’un rôle prééminent sera confié à la Marine américaine, dont plus de la moitié des bâtiments se trouvent déjà basés dans cette région (60 % à l’horizon 2020) », indique la FRS. C’est « comme un signal adressé à la Chine. En effet, cette présence en Australie ainsi que celle de l’US Navy à Singapour permettent de renforcer les liens avec de nombreux pays du Sud-Est asiatique avec lesquels Washington entretient déjà des liens (Thaïlande) ou cherche à en développer, comme le Vietnam ou encore le Myanmar, tous deux également partenaires économiques de la Chine, dont ils redoutent les appétits notamment, pour le Vietnam, en mer de Chine méridionale ».

Peu après l’énoncé du « pivot », en novembre 2011, le président américain Barack Obama et le premier ministre australien, Julia Gillard, annonçaient le déploiement de Marines à Darwin, dans le Nord de l’Australie, pour environ six mois à la fois, indique le site Internet des marines à Darwin (3). Pendant cette période, ils devaient mener des exercices et des actions de formation sur une base de la Force de défense australienne. « La présence de Marines en Australie reflète l’alliance durable et les intérêts de sécurité communs dans la région et améliore l’interopérabilité entre les États-Unis et l’Australie », souligne le site.

PREMIER CONTINGENT EN 2012

Le premier contingent américain, 200 militaires, est arrivé début avril 2012, rapportait le 4 avril 2012 The Sydney Morning Herald. Le quotidien de la grande ville de l’est de l’Australie indiquait que « le groupe de Marines comprendra des éléments de commandement, des forces terrestres, de l’aviation et de logistique ainsi que des équipements tels que de l’artillerie, des avions et des véhicules blindés légers. » Le ministre de la Défense australien, Stephen Smith, expliquait que la présence accrue des États-Unis en Australie comprendrait aussi l’accès à des bases aériennes et navales de l’Australie, « une bonne chose, alors que l’attention stratégique du monde s’est concentrée vers la région Asie-Pacifique. »

Ce même mois d’avril 2012, les Etats-Unis et le Japon s’étaient mis d’accord pour repositionner quelque 9 000 Marines des bases d’Okinawa, archipel au sud du Japon, vers celles de l’île américaine de Guam dans l’Océan Pacifique, ce qui correspond au souhait du gouvernement américain de redéployer plus largement en Asie-Pacifique ses forces terrestres, maritimes et aériennes. Il s’agit de déployer des troupes sur une zone plus étendue, ce qui est plus gênant pour un éventuel agresseur, obligé de disperser ses forces et ses attaques.

C’est donc dans ce cadre qu’environ 1 000 hommes, stationnés actuellement à Camp Pendleton (Californie,) seront déployés début avril 2014. Quatre hélicoptères lourds CH-53E Sea Stallion et la centaine d’hommes nécessaires pour les opérer doivent pour leur part arriver incessamment en Australie, précise le communiqué du corps des Marines. C’est la troisième rotation de Marines dans le Nord-Ouest de l’Australie. Les deux premières rotation ont concerné chacune 200 Marines venant d’Hawaï.

« Ces déploiements constituent une démonstration tangible de l’engagement continu des Etats-Unis envers l’alliance américano-australienne et la région Asie-Pacifique. Ils améliorent la coopération de sécurité, les capacités de réponse aux catastrophes, l’interopérabilité et nous permettent de nous entraîner avec nos partenaires », plaide le colonel Brad Bartlet, un porte-parole des Marines, cité dans le communiqué.

Sources :

(1) Hillary Clinton, « America’s Pacific Century, The future of politics will be decided in Asia, not Afghanistan or Iraq, and the United States will be right at the center of the action », Foreign Policy, 11 octobre 2011.

(2) Yves Boyer, « La stratégie de rééquilibrage des Etats Unis vers l’Asie-Pacifique et la Chine », Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), Juin 2013.

(3 ) Marine Rotational Force – Darwin.